08

Sep

2011

Jules Mousseron

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Ecrit par Administrateur

Les Fougères Noires

Quand, jonne incor, au fond del fosse,

Lon du biau solel, du biau jour,

J'avos l'temps d'rêver un p'tiot cosse,

S'lon l'dallach' dé m'traval in cours

j'pinsos, frémissant d'tout min être,

Aux choss's qui s'trouvot'nt au-d'sus d'mi,

Séparé's pa pus d'six cents mètres

D'iaux, d'caillaux, d'tierre et d'avettis;

J'busios à ç'qui réjouit l'âme :

Aux fleurs, au solel, aux moissons;

A ceux qu' j'aimos dé m' pus douch' flamme,

Surtout à eun'brun' dé m' coron...

 

Haut de page