Batailles de Denain Kézako ?

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Ecrit par Didier Depauw

 Le premier jour du montage est arrivé. Et  telle une armée de fourmis, j’ai vu des hommes, des femmes, des jeunes, des vieux, tous se donner la main et travailler avec le même cœur et le même entrain pour vider les ateliers, les entrepôts et tout acheminer sur le lieu des hostilités. Les mêmes personnes s’activent à charger, puis faire le trajet et enfin décharger les tours, l’estaminet, les accessoires, et les munitions. Ah oui ! les munitions, car pas de guerre sans munitions.

kezako_3

Kezako_1

Puis branle bas de combat, quand Annie Henneton annonce : "A la bouffe !". Ça descendait de partout, des pieds de la première tour, des gradins, des camions, des voitures. Tout le monde présent sur le théâtre de verdure a posé ce qu’il avait en main et s’est rapproché de la table du banquet improvisé. Chacun avait ramené sa nourriture et ses boissons, et pot commun général, aucune différence. Ce premier repas pris, tous ensemble nous finissont de rassembler et commençons les fondations de cette nouvelle péripétie qu’allait devenir le spectacle de Batailles 2013.

Les jours faisant, les choses se montent vite et arrivent plutôt bien, avec l’aide des services techniques et de la police municipale. Mais les plus importants sont arrivés une semaine avant la première répétition. Les cavaliers et leur monture sont arrivés en deux vagues. Telle une charge combinée de deux escadrons des Dragons du Roi, ils se sont installés petit à petit et nous, la technique avons essayé de les installer le mieux possible, surtout les chevaux. Et le temps que nous passions les câbles et préparions les sols, les cavalières sont parties cheveux au vent, gantées, avec sécateurs et sacs poubelles pour mettre en état les endroits de passage et leurs lieux de stationnement.

kezako_4

Répétition de jour juillet 2013 (Photo-Club)

kezako_5

Répétition de nuit juillet 2013 (Photo-Club)


Les derniers arrivés et non des moindres sont les artificiers. Telle une opération de déminage, un périmètre de sécurité est instauré, des consignes de sécurité sont données à tous, grands et petits. Des tests sont effectués, tout est parfait, il n’y a plus qu’à... Le soir du spectacle, tout le monde est à sa place, moi compris. Mais où suis-je ? Ah… ! tel James Bond, je ne peux pas vous le dire.
Mais mes collègues et moi étions bien là tous les soirs pour assurer notre participation à ce grand spectacle, qu’il soit visuel, sonore, historique, enjoué, émouvant, animalier et féérique.

Je suis heureux et fier d’avoir contribué à cette édition 2013, d’avoir pu aider et faire découvrir l’envers du spectacle et si vous voulez que je vous en dise plus, venez au spectacle ou mieux encore, venez profiter du savoir des bénévoles et venez nous faire découvrir le vôtre.
Vous serez accueillis les bras ouverts, quels que soient votre âge, votre sexe, votre apparence et votre métier....

 

Ecrit par Didier Depauw, bénévole (commission technique)

Haut de page